AsteriospolypAsterios Polyp, professeur d'architecture à l'université mais n'ayant jamais vu un de ses immeubles construits, est seul dans son appartement new-yorkais quand la foudre tombe sur son immeuble et déclenche un incendie. Asterios ne cherche alors pas à emmener beaucoup d'affaires : il prend juste son portefeuille, une montre, un briquet et un couteau suisse et décide, avec le peu d'argent qu'il a, de quitter la ville pour une destination encore inconnue

Me voilà bien embêtée pour vous parler de cet album très atypique et peu facile à appréhender. Cela faisait un moment que je voulais le lire car je trouve les dessins très réussis et très originaux. Beaucoup de tons bleu, rose et jaune, une utilisation très précise des polices de caractères (différentes en fonction des personnages qui parlent), des représentations surprenantes des personnages (surtout d'Asterios), j'ai énormément apprécié tout le travail fourni (qu'on sent très réfléchi) et visuellement, j'ai été comblée. Par contre, j'ai parfois eu du mal à suivre toute l'histoire de cet Asterios Polyp car la narration alterne le présent et le passé, voire même des passages très oniriques (la présence du jumeau d'Asterios ou bien la descente aux enfers). C'est souvent ardu à lire car il y a des réflexions philosophiques (et entre moi et la philosophie, il y a un énorme fossé !), qui abordent la relation aux autres, la perception du réel, la définition de soi de façon subtile et très intelligente (peut-être même trop intelligente !!!). On découvre peu à peu le passé d'Asterios, à travers ses souvenirs, sa relation avec sa femme, son travail et on peut le voir évoluer dans le présent, dans la petite ville d'Apogée où le hasard l'a mené. Les rencontres qu'il fait lui permettent de changer peu à peu, de même que sa propre introspection et de retrouver un Asterios amélioré à la fin, ayant enfin trouvé un sens à sa vie et une certaine maturité émotionnelle. D'ailleurs, de l'émotion, il y en a beaucoup dans cette histoire remplie de sensibilité et de subtilité. Mais pour réellement apprécier et comprendre cet album, il faut totalement s'y plonger et se concentrer lors de cette lecture … l'effort sera ensuite amplement récompensé !

Les avis de Mo', Mr Zombi, Jean-François et une synthèse de plusieurs avis sur k.BD.

ThereadingComicschallenge1Lu dans le cadre The Reading Comic Challenge.

 

 

 

 

 

RoaarrChallengeChallenge Roaarrr : Fauve, Prix Spécial 2011 - Grand Prix de la critique ACBD 2011 - Will Eisner award, Meilleur album (nouveauté) 2010.