AurevoirlahautBDAlors que la première guerre mondiale voit sa fin arriver, le lieutenant Pradelle demande à des hommes de sa compagnie d'aller surveiller de plus près les lignes allemandes. Des coups de feu sont tirés, provoquant un assaut des soldats français pour sauver leurs éclaireurs. Mais quand le soldat Albert Maillard découvre les corps de ses collègues, il s'aperçoit du rôle qu'a joué Pradelle dans leur mort. Alors que Maillard est poussé dans un trou par Pradelle pour le faire taire, une pluie d'obus s'abat et Maillard est enterré vivant. Mais le soldat Edouard Péricourt se précipite pour le sauver, se retrouvant lui-même gravement blessé au visage lors de son geste altruiste. Défiguré, devenu accro à la morphine, Edouard ne veut pas rentrer dans sa famille. Albert l'aide à « disparaitre », échangeant son identité contre celle d'un mort à la guerre …

J'avais lu l'excellent roman de Pierre Lemaitre et j'étais curieuse et intéressée de voir comment cette histoire aller être adaptée en BD. Bon, dans l'ensemble, on peut dire que l'essentiel y est, surtout dans les grands thèmes abordés : les scandales de l'après-guerre, le fait que certains des officiers étaient pourris, la difficulté de reprendre une vie normale. L'ambiance est aussi bien rendue grâce aux couleurs aux tons un peu passés (dont beaucoup tirent sur les beiges ou les gris) et à un dessin réaliste sans être trop classique et qui a un certain dynamisme. Par contre, certains faits ne sont pas très explicites : il est facile de passer à côté du fait qu'Edouard est en rupture avec sa famille bien avant la guerre et les raisons de cette rupture n'apparaissent que sous forme d'une ou deux vignettes. Ou bien, on ne sait pas quand la soeur d'Edouard épouse le lieutenant Pradelle et on pourrait penser qu'ils étaient mariés avant la guerre alors que ce n'est pas le cas. Du coup, toute la partie psychologique du roman passe à la trappe dans l'album. J'ai trouvé qu'on avait du mal à comprendre la douleur d'Edouard et sa dépendance à la morphine, et de même, les changements de sentiments du père d'Edouard à son égard est peu mis en avant. Bien sûr, on peut deviner certaines choses à travers les dessins mais elles me paraissent ainsi moins frappantes (d'ailleurs, mon chéri qui n'a pas lu le roman a du me poser quelques questions sur l'histoire pour éclaircir quelques points de l'album qu'il n'avait pas bien compris). Il me semble que quelques pages en plus auraient peut-être permis de présenter certaines choses de façon plus détaillée et cela aurait aussi permis de mieux mettre en avant la psychologie des personnages, qui représente une part importante du roman et qui en fait aussi son charme. Au final, pour quelqu'un qui n'a pas lu le livre, cela reste une bonne lecture bien que parfois un peu nébuleuse sur certains détails mais pour moi qui aie lu le roman, c'est une petite déception !

Les avis de Jérôme, Noukette, Miss Alfie, Lasardine, Antigone, Livresse des mots.