PrendssoindetoiAchille, célibataire, vient d’acheter un appartement à Paris et peut enfin quitter le logement qu’il loue et dans lequel il a apparemment des souvenirs douloureux. Situé dans un petit immeuble entretenu par une concierge, il apprend que Suzanne, la précédente propriétaire, à présent décédée, était une dame âgée qui vivait seule et dont l’unique héritier était un petit-neveu. En faisant des travaux de rénovation du logement pendant son temps libre, Achille découvre une lettre coincée sous le lino devant la porte d’entrée. Datée de 1976, Achille y découvre qu’un certain Tristan demandait à Suzanne de le rejoindre à Marseille pour commencer leur vie ensemble. Sur un coup de tête, Achille décide de descendre à Marseille en scooter pendant ses vacances pour essayer de retrouver Tristan …

Ce n’est pas le premier album que je lis de cet auteur mais je trouve qu’il fait des choses très différentes (du noir et blanc comme de la couleur, des adaptations de romans ou des histoires qu’il crée lui-même) et qu’il est toujours intéressant de découvrir quel sujet il va aborder. Cette fois, il est donc tout seul au scénario et au dessin. Le graphisme est sobre mais les personnages sont expressifs et les décors, sans être surchargés de détails, sont très agréables et plantent bien l’ambiance. Il y a tout d’abord la grisaille de Paris, qui colle particulièrement bien à l’état d’esprit d’Achille. On voit bien qu’il n’est pas bien, qu’il y a quelque chose qui le tourmente et on se doute qu’il s’agit d’une femme ou plutôt de son absence. Puis, avec son départ vers Marseille, les couleurs commencent à se faire plus gaies, plus vives, plus variées et de même, le moral d’Achille commence à changer, il observe les gens, les paysages et le fait qu’il voyage en scooter et donc relativement lentement permet de voir les changements apparaître petit à petit. Pourtant l’ombre de la femme absente reste omniprésente et on découvrira aussi peu à peu ce qu’il en était de leur relation. La scène de départ de l’album, assez mystérieuse, est aussi là pour nous faire passer un message à ce sujet et laisse planer un certain doute jusqu’à ce qu’on en apprenne un peu plus. L’ensemble, qui parle de la séparation, de l’absence, des relations amoureuses, de la vie en général, peut paraître au final assez banal à cause de sujets maintes fois abordés mais j’ai quand même aimé le rythme lent et pudique et la prise de conscience d’Achille qui laisse une impression positive bien que prévisible, tout en nous faisant voyager à travers la France.

Les avis de Mo, Noukette, Yaneck.