SiloL'Apocalypse a eu lieu et la Terre est devenue un milieu invivable pour l'homme depuis des décennies. Mais des hommes et des femmes ont réussi à survivre en s'enfermant dans un silo souterrain géant prévu pour des cas comme celui-ci. Cette communauté s'est organisée, avec différents corps de métiers mais les souvenirs du monde d'avant sont devenus des légendes. La seule chose qui les relie à présent avec l'extérieur consiste en quelques caméras placées autour du toit du silo et montrant un monde dévasté et inhospitalier. Holston est le shérif de cette communauté et, depuis le décès de sa femme, il se pose des questions. Il faut dire que cette dernière n'est pas morte de mort naturelle : elle a été condamnée pour avoir douté des motivations des dirigeants du silo et a du sortir nettoyer les caméras, ce qui entraine la mort en quelques minutes …

Je suis décidément dans une passe post-apocalyptique avec mes lectures ! Il faut dire que j'aime bien ce genre d'histoire car elles permettent de voir des personnages dans un contexte différent du nôtre. Là, il s'agit de la vie d'une communauté dans un silo souterrain : en bas, les Machines pour fournir eau, électricité et air pur, au milieu des fermes permettant de cultiver de quoi se nourrir, vers le haut, le département informatique et les dirigeants et les personnes d'importance tels que maire, shérif et bien sûr la porte de sortie du silo et l'écran retransmettant la vision des caméras extérieures. C'est assez fascinant de voir comment tout ça s'organise, comment tout est contrôlé de façon à ce que tout fonctionne sans heurt. Le début du roman est perturbant car on découvre plusieurs personnages qui vont finalement laisser leur place à d'autres, tout en restant plus ou moins omniprésents en fond d'histoire. Du coup, je me suis demandée où allait le récit car cela reste très mystérieux. Mais petit à petit, on apprend des choses sur l'histoire du silo, sur ce qui a pu se dérouler plusieurs années avant et la routine bien rodée va évoluer. Le personnage principal est une jeune femme, Juliette, qui travaille aux Machines. On se doute vite que son talent technique va servir tout au long de l'histoire. Mais il y a un certain nombre d'autres personnages qui font participer de façon active au récit. D'ailleurs, la narration se divise souvent entre ceux-ci : un chapitre pour untel, un chapitre pour tel autre et ainsi de suite. Du coup, on a parfois l'impression de rester en plan quand un chapitre se termine sur un suspense concernant un protagoniste et qu'il faut attendre plusieurs chapitres pour y revenir ! Mais ce système de narration pousse aussi à lire plus vite et plus longtemps ! J'ai aimé le mélange d'aspect vie quotidienne et de psychologie des personnages en lien avec la société qu'ils forment. On se demande s'il y a manipulation des foules et en quoi elle pourrait consister. Bien sûr, il y a quelques scènes qui manquent d'originalité mais dans l'ensemble, j'ai trouvé que l'histoire était bien menée et surprenante et les personnages m'ont paru attachants (malgré, là aussi, quelques défauts qu'on peut retrouver dans ce genre d'histoire, que ce soit en roman ou en film). En tout cas, c'est prenant et j'ai eu du mal à lâcher ce livre, qui est le premier d'une trilogie. Le suivant m'attend déjà !

L'avis de Clarabel.