ShutterislandHEARTS2


En 1954, Shutter Island est le lieu d'une prison servant en même temps d'hôpital psychiatrique recevant les cas les plus violents du pays. Les marshals Edward Daniels et son nouveau collègue Chuck Aule sont envoyés sur l'île pour retrouver Rachel Solando, une meurtrière qui a mystérieusement disparu alors qu'elle était enfermée dans sa chambre. Mais une tempête se profile à l'horizon et l'enquête ne s'avère pas facile car le directeur de l'établissement ne semble pas prêt à fournir tous les renseignements nécessaires …

J'avais adoré "Mystic River" de cet auteur et avais "Shutter Island" dans ma PAL depuis quelques années mais il a fallu la sortie du film pour que je me précipite enfin sur ce livre, histoire de le lire avant d'aller au cinéma découvrir l'adaptation qui en avait été faite. Et encore une fois, la magie de Dennis Lehane m'a fait tourner les pages très rapidement. J'étais peut-être dans un creux de lecture pour certains livres en cours mais je peux vous dire que je ne l'étais pas du tout pour celui-là ! L'histoire, racontée à la 3ème personne, est néanmoins le point de vue du marshal Edward Daniels et elle mêle l'enquête aux souvenirs de la vie de l'enquêteur : on y découvre un peu de son enfance, on est là quand il se remémore la rencontre avec sa femme, puis des moments de vie commune et des flash-black de la seconde guerre mondiale. Ce n'est donc pas un roman policier classique uniquement centré sur l'enquête mais la fin n'est pas classique non plus, même si elle ne m'a pas étonnée plus que cela (j'en avais deviné une partie mais heureusement pas tout !). L'atmosphère décrite, ce huis-clos sur l'île en compagnie de malades mentaux violents, de médecins pas toujours très clairs, le tout enveloppé dans la tempête, est vraiment très réussie et donnerait des idées bizarres à n'importe qui ! Quand j'ai un peu réfléchi à ce roman avant de rédiger ce billet, je me suis dit qu'il n'y avait finalement pas beaucoup d'action mais que l'ensemble était un thriller psychologique très réussi et que je continuais à dévorer ce livre, le suspense allant crescendo et l'atmosphère devenant de plus en plus lourde. Et puis, au vu du final, quand on y repense, tous les indices nécessaires à la résolution de l'histoire étaient là, sous nos yeux de lecteurs, patiemment distillés au fil des pages, signe du talent de l'auteur pour bâtir une histoire solide et cohérente et agripper son lecteur pour ne plus le lâcher jusqu'à la dernière page !

*Lu en anglais*

Les avis de Jumy, Amanda, Emeraude, Karine, Majanissa, Sylvie et j'en oublie !

***

FilmShutterislandShutter Island de Martin Scorsese

A peine avais-je terminé le livre qu'on allait voir son adaptation au ciné et en VO en plus (ce qui n'est pas très courant dans mon coin). J'avais quelques doutes sur l'attribution du rôle de Teddy Daniels à Leonardo di Caprio mais sans pouvoir définir en quoi cela me laissait perplexe (je voyais peut-être quelqu'un de plus "nerveux"). Finalement, je me suis faite à l'idée et cela ne m'a pas vraiment choquée de le voir dans ce rôle. Par contre, j'ai trouvé Ben Kingsley excellent dans le rôle du docteur directeur de l'établissement : il est exactement comme on pourrait imaginer ce genre de docteur à cette époque-là et il sait bien jouer sur les sentiments ambivalents qu'il peut inspirer. J'ai trouvé l'atmosphère du livre très bien rendue, même si je ne m'étais pas imaginé l'île ainsi. Et si quelques modifications ont été apportées à l'histoire, elles ne gênent pas la compréhension mais j'ai été un peu déçue par la disparition de certains indices qui aidaient à faire monter la pression et à créer un climat encore plus trouble. Il me semble que la construction subtile et patiente des indices du roman en perd un peu de sa puissance et qu'il est moins évident pour le spectateur de se dire à la fin qu'il aurait pu trouver la solution s'il avait été plus attentif. De même, je reproche à Martin Scorsese d'avoir un peu forcé sur le côté glauque en rajoutant parfois du sang ou des corps là où ce n'était pas forcément nécessaire (et pourtant, je ne suis pas bégueule de ce côté-là, étant une fan des films d'horreur) mais je peux comprendre la manœuvre pour augmenter la tension et l'inquiétude du spectateur. De mon côté, être entourée de fous dangereux me suffirait largement à être inquiète ! La fin, un peu plus travaillée que dans le roman, ne laisse pas vraiment de doute, contrairement au livre où on sait ce qui va se passer mais on n'est pas convaincu que cela se passera dans d'aussi bonnes conditions que celles du film. Une excellente adaptation, fidèle au livre, qui mérite d'être vue et revue !

Lunettesnoirespourpagesblanches3ème billet