Article353ducodepenalMartial Kermeur a poussé à l’eau un promoteur immobilier lors d’une sortie de pêche dans la rade de Brest. Présenté devant le juge d’instruction, Kermeur ne nie pas son geste et raconte comment il en est arrivé là. L’histoire commence plus de six ans auparavant, alors qu’il venait d’être licencié de l’arsenal et qu’il attendait sa prime de départ. Pour lui faciliter la vie, le maire de la petite ville où il habite, sur la presqu’île en face Brest, lui propose de loger gratuitement dans la maison de gardien d’un manoir à l’abandon et promis à la vente. En échange, Kermeur s’occupe d’entretenir l’immense terrain et de faire visiter les lieux. Un jour, Antoine Lazenec, achète les lieux, décidé à les transformer en immeubles de haut standing …

Cela faisait très longtemps que je n’avais pas lu de roman de cet auteur breton mais je n’en gardais pas forcément de très bons souvenirs. Et maintenant, je sais pourquoi !!! L’histoire de Martial Kermeur est intéressante à découvrir car elle représente un pan de la société actuelle. On voit comment sa vie bien planifiée tourne mal : son licenciement, son divorce, son fils Erwan qui se retrouve en prison, son ami le maire qui se suicide et en toile de fond, un promoteur sans scrupules et on comprend assez bien comment Kermeur se retrouve à pousser Lazenec à l’eau. Et puis, on découvre aussi quel est ce fameux article 353 du code pénal, article que je ne connaissais pas du tout (mais bon, je ne connais quasiment rien du code pénal !). Par contre, là où le bat blesse pour moi, c’est au niveau du style ! Ce n’est vraiment pas un style qui me convient, je le trouve lourd, pesant, avec des phrases longues. Le livre est court et aurait dû être lu bien plus rapidement mais le style a plombé ma lecture. Je reconnais que c’est travaillé, que certaines expressions collent bien aux personnages mais non, ce n’est pas pour moi ! Du coup, maintenant, je vais me tenir éloignée de cet auteur vu que c’était le même bémol lors de mes précédentes lectures !