CarabinetcaipirinhaCynthia est étudiante en médecine à Rio de Janeiro. Si elle apprécie parfois son futur métier quand elle est en contact avec les patients, elle passe surtout beaucoup de temps à faire la fête, allant d’une soirée à l’autre, rencontrant des étudiants à différents stades de leurs études et se faisant de nouvelles amies. La boisson coule à flot, la drogue aussi et Cynthia n’est pas toujours insensible aux charmes des jeunes hommes qu’elle rencontre, bien qu’elle soit déjà en couple avec Bruno …

Je m’attendais à découvrir un album racontant, de façon plus ou moins romancée, la vie de l’auteure pendant ses études de médecine. Je pensais que l’histoire allait se diviser à parts égales entre les études et la vie privée de Cynthia, comme le titre le suggérait. En fait, l’album se concentre beaucoup plus sur les fêtes et les beuveries des étudiants, avec un suivi aléatoire de la relation entre Cynthia et Bruno et en toile de fond, les études de médecine, avec des moments concernant les cours ou les examens ou bien les rencontres avec des patients. J’ai trouvé intéressant de voir comment les études de médecine étaient organisées au Brésil : cela m’a paru bien plus cool qu’en France. Les cours semblent plus simples, les examens moins axés sur la concurrence entre étudiants et les relations avec les professeurs sont plus décontractées. Quant aux scènes où Cynthia a affaire à des patients, elles sont intéressantes mais trop peu nombreuses. Par contre, après cette lecture, on a notre compte de fêtes et autres soirées, qui dégénèrent presque à chaque fois et les gueules de bois de Cynthia ne la rendent pas vraiment sympathique. On voit bien qu’elle se cherche, qu’elle n’est pas sûre de vouloir faire médecine, que cela ne la passionne pas vraiment. Cela pourrait être acceptable si elle en était au début de ses études mais ce n’est pas le cas : du coup, elle m’est apparue comme quelqu’un d’immature et de peu attachant. Le dessin noir et blanc est assez brouillon, il part parfois dans tous les sens même s’il reste limité par des cases (non matérialisées par des contours mais cases quand même). Qui plus est, je n’ai pas trop compris pourquoi l’héroïne avait un nez aussi bizarre (on dirait un gant avec les doigts qui pendouillent) alors que les autres personnages ont des nez normaux. Est-ce pour mieux la reconnaître ? C’est vrai qu’il faut dire qu’il est parfois difficile d’identifier les personnages mais l’album n’est pas suffisamment passionnant pour que ce soit un vrai problème : les autres protagonistes ne sont pas franchement utiles à la compréhension de l’histoire ! Je pensais qu’il y aurait aussi de l’humour mais si c’est le cas, je ne l’ai pas détecté ! Du coup, j’ai été un peu déçue de la part déséquilibrée entre vie estudiantes/études proprement dites : le titre aurait dû voir le mot Carabin écrit en petit et Caipirinha écrit en gros et non l’inverse comme cela a été fait. Bien sûr, on est un peu dépaysé avec les références aux chansons brésiliennes mais bon, cela n’a pas suffit pour que j’apprécie vraiment cette lecture … ça m’a paru très banal !