ThelastcontractUn vieil homme mène une vie paisible à Cumberland, dans l’Ouest du Canada. Il va parfois diner au restaurant du coin, s’occupe de son vieux chien Harv mais sa mémoire n’est plus ce qu’elle était. Il ne se rappelle plus des noms des gens qu’il croise régulièrement et oublie plein de petites choses. Mais un soir en rentrant chez lui, un homme l’attend pour le tuer … à part que, malgré sa vieillesse et ses pertes de mémoire, le vieil homme a encore de bons réflexes et sait se défendre. Il faut dire qu’il a passé une grande partie de sa vie comme tueur à gages. Mais là, il semble que ce soit sur sa tête qu’un contrat a été mis …

Me revoilà plongée dans un comic américain et cette fois, j’ai presque été étonnée de découvrir des pages qui ne sont pas en papier glacé, comme c’est souvent le cas. Par contre, j’ai bien aimé ce choix car il n’y avait pas de reflets et la lecture en a été d’autant plus facilitée (maintenant, avec l’âge, le moindre petit truc peut s’avérer problématique pour lire : police bizarre et/ou trop petite, contraste peu important au niveau du texte, papier glacé qui brille trop et qui nécessite une certaine luminosité …). En deuxième surprise, ce fut le fait que l’histoire se passe au Canada, ce qui change des traditionnels USA (bon, la couverture l’annonce bien avec la skyline de Toronto). Le graphisme est assez classique du genre : un trait anguleux, nerveux, un peu brouillon, des décors réalistes, des personnages plutôt reconnaissables facilement mais des couleurs étonnantes tirant vers le pastel, comme pour contrebalancer la noirceur du propos. Le vieil homme, sorte de héros/anti-héros n’a pas de nom comme si lui-même allait s’effacer de la mémoire des gens et malgré les défauts de sa vie passée, il m’est apparu comme quelqu’un d’attachant (sa relation avec son chien m’a particulièrement touchée … bien sûr !). Ses pertes de mémoire pourraient le rendre vulnérable mais il reste doué dans l’analyse des gens qui l’entourent et son âge ne semble pas avoir d’influence sur son efficacité physique. On va peu à peu découvrir pourquoi on cherche à le tuer et les infos arrivent peu à peu, conservant un certain suspense pendant plus des trois quarts de l’album. En plus du côté mystérieux du contrat mis sur sa tête, l’action n’est pas en reste dans l’album : il y a des bagarres, des échanges de coups de feu, les prises d’otage, des traquenards, des rebondissements et j’en oublie. Ça donne un bon rythme et du coup, on dévore les pages. La fin m’a bien plu car elle est humaine et plutôt originale. L’idée d’un ancien tueur à gages malade, qui perd la mémoire, elle n’est pas nouvelle car elle a déjà été exploitée (surtout en film) mais cela donne une dimension supplémentaire à l’histoire. Au final, j’ai passé un très très bon moment de lecture, sans temps morts et avec des personnages qui ne laissent pas indifférents. J’ai même regretté d’arriver si vite aux dernières pages !