BadbloodTrick est un jeune homme lambda : il suit des études à l’université, traine avec son ami d’enfance Kyle, ne sait pas trop draguer les filles mais il a aussi une leucémie et est sous traitement. Ce n’est pas la première fois que la maladie fait parler d’elle et cette fois, elle semble rebelle à la chimio. Alors que les cours sont finis et que Kyle se précipite pour récupérer sa jeune sœur, Trick se retrouve seul au stade de la faculté. C’est là qu’il est attaqué par un monstre qui le mord à la gorge mais le sang de Trick ne semble pas lui convenir : le vampire est gravement brûlé. Mais ce dernier, chef suprême d’une bande vampirique, veut se venger du jeune homme et lui promet de revenir tuer tous ceux que Trick aime …

Cette histoire de vampires avait l’air originale, ce qui m’a attirée vers l’album, même si cette histoire de sang impur avait déjà été évoquée dans des romans ou dans des séries télé (entre autres, il était question des personnes atteintes du Sida et qui se faisaient mordre par des vampires). On commence donc l’histoire avec la présentation de Trick mais le récit va très vite nous plonger dans l’action car l’attaque du vampire a lieu dès les premières pages. Et ce dernier est bien moche mais original dans sa représentation. Le reste de l’histoire va se focaliser sur l’affrontement entre Trick et le vampire et sa bande mais heureusement, Trick ne sera plus seul. Au fil de son enquête pour retrouver les vampires, Trick rencontrera une jeune femme qui, elle, est fascinée par le monde de la nuit. On apprendra au fil du récit comment est organisé le monde des vampires et il y aura de l’action et des rebondissements. Le graphisme est assez différent du genre qu’on peut trouver dans les comics : le trait est plutôt rond, les décors sont soignés et les couleurs plutôt douces et semblent être des aquarelles. C’est un style qui m’a paru un peu déroutant au départ mais qui m’a bien plu : il est très agréable à regarder et on ne peut pas se mélanger dans les personnages tant ils sont différents les uns des autres (mais bon, ils ne sont pas nombreux non plus !). Si une partie de l’histoire semble un peu prévisible, j’ai quand même trouvé que l’auteur réussissait à créer des rebondissements, à aller dans des directions inattendues et qu’il ne cédait pas forcément à la facilité. Voilà un album que j’ai apprécié, que ce soit au niveau visuel qu’au niveau narratif, avec des personnages attachants et des méchants bien horribles.