UneetoiletranquilleL’auteur, qui n’était encore qu’un enfant à la mort de Primo Levi, a voulu mieux connaître l’homme et surtout l’auteur dont il connaît surtout l’œuvre. Associant ses livres et son parcours de vie, il revient sur les traces de Primo Levi, allant à Turin où l’écrivain a vécu, se rendant sur les lieux des usines où il a travaillé en tant que chimiste, mais surtout il s’attache à comprendre comme l’homme est devenu écrivain, son besoin de transmettre ce qu’il a vécu dans les camps, mais aussi son besoin de création à travers des nouvelles de science-fiction ou de la poésie …

C’est son petit format qui m’a attiré l’œil à la médiathèque car cet album a plus le format d’un livre que d’une bande dessinée ou d’un roman graphique, ce qui fait qu’il est très agréable à tenir et à lire. Et puis, moi aussi, comme l’auteur, je ne connais Primo Levi qu’à travers ses textes et j’ai envie d’en découvrir plus à son sujet, même si j’étais déjà adulte quand il est mort. Le dessin, simple et efficace, s’inspire parfois de photos ou de couvertures de livres. Les décors sont détaillés si ce sont eux qui sont mis en avant et peuvent s’effacer si ce sont les personnages qui priment. Les tons gris vert et les contours francs et noir des dessins m’ont beaucoup plu visuellement. Malgré la relative petite taille des pages, ils sont bien mis en avant. Le texte est intéressant car on suit aussi bien le parcours de l’auteur en train de composer son album que le parcours de Primo Levi, qui commence à son retour des camps, quand il va vraiment à se mettre à écrire. Il y a des extraits de ses œuvres, des citations d’autres auteurs comme Italo Calvino, des titres de journaux, des extraits d’interviews de Levi, des dessins de Zoran Mušič. Cela donne un parcours vivant, bien documenté, intéressant à de multiples niveaux (sur l’homme secret qu’était Primo Levi et dont on apprendra peu mais aussi sur son œuvre, son processus de création et sa relation au monde et aux autres). Un dossier en fin de livre permet de retrouver toutes les références et cela m’a donné envie de lire d’autres livres de Primo Levi que je ne connaissais pas, comme son incursion dans la science-fiction. Un bien bel hommage !