Unmondeenpieces1Tome 1 : Coups d'état

HEARTS2

Dans la ville de New-Ebène, les Fous ont organisé, à travers le mouvement de La Tangente, une rébellion contre le système en place, prônant le hasard et l’anarchie. Mais le service de police des Cavaliers les traquent sans cesse, tout en essayant de réguler l’arrivée illégale des Dames, qui ont quitté leur plateau en espérant une vie meilleure. Parmi elle, il y a Idisse, prête à tout pour survivre et devant peut-être collaborer avec Caïn, un policier relativement haut placé. Quant à Detroit, un simple Pion, il se contente de faire son travail en installant de nouveaux écrans à la Maison Noire, un des centres du pouvoir en place mais il découvre des choses qui auraient du rester cachées. Il se demande alors s’il doit en parler à son ex-petite amie, Acathe, qui travaille comme journaliste à la revue Le Pion …

Je ne suis pas fan du jeu d’échecs, même si je sais y jouer car je trouve les parties toujours trop longues et ça ne me passionne pas. Du coup, quand j’avais vu cet album s’appuyant sur les pièces d’un jeu d’échecs et sur différents autres jeux de plateau (dames, mahjong, backgammon), j’avais fait l’impasse et ne l’avais même pas feuilleté. Mais une bibliothécaire m’a demandé si je l’avais lu pour savoir ce que j’en pensais et cela a tout de suite piqué ma curiosité ! Je l’ai donc immédiatement réservé à la médiathèque et du coup, après lecture, j’envisage maintenant de l’acheter pour l’avoir à la maison. C’est dire si j’ai aimé ! J’avais lu les quelques planches de départ, disponibles sur Internet en version « animée », que j’ai trouvées vraiment excellentes. J’adore ce dessin noir et blanc aux constrastes très tranchés (pas de gris donc), qui pourrait, dans le ton, rappeler Chabouté mais les pages étant non glacées, je trouve le confort de lecture plus agréable (sans compter que les aplats de couleur ici ne sont jamais trop grands). Le trait est vif, dynamique, sans fioriture, net et les personnages, tout en étant des pièces des échecs, sont expressifs et leur « humanisation » est réussie et paraît naturelle. Les décors sont recherchés et fourmillent de détails savoureux (les affiches et les tags sont excellents) et l’ensemble est donc à la fois original et très agréable à regarder. Quant à l’histoire, elle reprend un peu tous les sujets d’actualité qu’on connaît : politique, manipulation et pouvoir, monde du travail, immigration, relations amicales et de couple, drogue, exploitation des plus faibles, religion … tout y est ! Il y a donc du suspense et une dénonciation du système en le détournant sous la forme d’un jeu d’échecs animé et vivant sa vie comme des humains lambda. C’est à la fois subtil et réfléchi, intelligent et grinçant, il y a beaucoup de clins d’œil aux différents jeux décrits (Deep blue ou des noms de joueurs par exemple), des rebondissements, des moments où on ne peut que faire le parallèle avec notre actualité. Je me suis régalée lors de cette lecture particulièrement bien menée et vraiment recherchée. Je ne peux qu’attendre le tome 2 avec énormément d’impatience !