ThegripofitJulie et James décident de quitter la ville pour s’installer à la campagne, dans une petite bourgade au bord de la mer. Ils trouvent une grande maison aux nombreux recoins et zones de stockage cachées à un prix défiant toute concurrence. Pour la jeune femme, qui travaille dans le développement de produits, elle a déjà un travail sur place en renouant avec une amie perdue de vue et qui vit dans la même ville et pour James, qui travaille dans les nouvelles technologies, il est facile de trouver un emploi. Mais pour le couple, c’est surtout l’occasion de changer de vie, de se rapprocher et d’éloigner James des tentations du jeu et des paris en tous genres. Mais la maison va se révéler peu accueillante : un bruit sourd et constant se fait entendre, des nouvelles cachettes apparaissent régulièrement et leur jardin semble avoir des limites variables avec la forêt voisine. Et sans oublier leur étrange voisin, un vieil homme solitaire, qui passe son temps à les observer mais qui ne veut pas de contact avec eux …

La couverture un peu effrayante et le thème de la maison hantée m’avaient fait craquer pour ce roman assez court. Mais j’aurais dû me méfier devant la référence « literary horror novel » qui pouvait laisser penser que l’équilibre entre histoire et qualité littéraire n’allait pas forcément me convenir. Quand il est question d’horreur, il est indispensable que les émotions soient mises au premier plan … si on veut avoir peur et s’identifier aux personnages pris dans la toile d’araignée étrange que leur tend une maison hantée. Malheureusement, ici, l’émotion n’est pas au rendez-vous … ni la peur d’ailleurs ! Le récit alterne entre les points de vue de Julie et de James, chaque chapitre étant raconté à la première personne par nos deux protagonistes en alternance. Mais impossible de les différencier tellement leur ton est similaire : ils n’ont pas vraiment de voix propre et sont aussi agaçants l’un que l’autre. Alors, c’est sûr, ils nous parlent, à nous, lecteurs, mais ils sont incapables de communiquer entre eux et cela ne les rend pas attachants (je passe sur tous les autres défauts qu’ils peuvent avoir !). Au départ, la mise en place est intéressante : on découvre le couple, on découvre cette fameuse maison et le voisin qui pourrait donner des sueurs froides et tout cela s’annonce plutôt bien. Et puis, pouf, tout part à vau-l’eau avec des développements tortueux et peu crédibles, des plongées tarabiscotées et pseudo-intellectuelles dans la psychée des personnages lorgnant vers la folie mais qui m’ont laissé froide et les évènements étranges esquissés au préalable passent au second plan, voire même disparaissent. Autant dire qu’au fil des pages, j’étais de moins en moins convaincue et je m’ennuyais de plus en plus, trouvant les personnages de moins en moins agréables. Vu leur comportement, il n’y a aucun risque qu’un éventuel fantôme puisse les embêter car je pense qu’il aurait fui la zone, mort d’ennui devant leurs petits problèmes de couple en mal de renouvellement ! Dans le cas de ce titre, littéraire et horreur ne font décidément pas bon ménage et je préfère une histoire aux phrases simples mais percutantes et aux personnages attachants ou vraiment effrayants à un exercice de style un peu creux et sans réel caractère.

*Lu en anglais*
Non traduit à ce jour.