TalesfromthedarksideLa réalité peut parfois varier de façon étonnante et bizarre : c’est pendant ces moments étranges qu’on a un aperçu du dark side. Pour Ziggy, l’été s’annonçait parfait : le lycée enfin terminé, un poste de maitre-nageur à la piscine locale, la maison familiale pour lui tout seul et des fêtes endiablées tous les soirs. Mais un jour, une femme meurt à la piscine alors qu’il est en charge de la sécurité mais qu’il somnolait sans prêter attention. A partir de ce terrible moment, Ziggy est incapable de dormir mais dès qu’une personne le regarde, celle-ci tombe immédiatement endormie. Pour Brian, qui a régulièrement des crises d’épilepsie depuis son enfance, la perte de son travail est catastrophique. L’homme vit seul, n’a pas d’ami, et surtout, la réalité a tendance à devenir étrange et décalée quand on a affaire à lui et il a peur d’une apparition qu’il a surnommée Champion. Alors, quand un homme mystérieux lui propose une opération du cerveau avec implantation d’une puce pour résoudre tous ses problèmes, Brian accepte tout de suite. Quant à Joss, après avoir arraché la boite aux lettres de ses nouveaux voisins, la jeune fille se voit dans l’obligation d’accepter de servir de baby-sitter pour leurs deux enfants. Mais ces deux gamins vont se révéler très étranges …

J’aime beaucoup ce que fait Joe Hill et quand j’ai vu qu’il s’était remis en équipe avec Gabriel Rodriguez au dessin, après l’excellente série Locke & Key qu’ils avaient créée ensemble, j’ai tout de suite craqué pour cet album. Celui-ci est assez spécial car il est la mise en comic de plusieurs scénarios écrits par Joe Hill pour une série télévisée, Tales from the darkside, qui existait dans les années 1980 et qui devait faire un come-back dans les années 2010. L’auteur a une relation particulière avec cette série qui l’a marqué dans sa jeunesse et pour laquelle son père a écrit un épisode. Malheureusement, après le tournage de deux épisodes, le projet est tombé à l’eau alors que Joe Hill avait planifié une histoire cohérente avec un fil conducteur s’étalant sur plusieurs saisons avec des mini-récits pour chaque épisode. Dans cet album, on découvre donc trois histoires et un personnage récurrent dans chacune des trois. Bien sûr, le fantastique est le thème principal avec des altérations de la réalité sans que ce soit gore ou trop violent (mais cela peut être tragique). Le dessin est réaliste, tout en finesse, avec des personnages expressifs et des couleurs pastel. Il me semble que c’est légèrement plus brouillon que Locke & Key mais comme ça fait longtemps que j’ai lu la série, je me trompe peut-être ! J’ai aimé découvrir ces histoires étranges aux atmosphères parfois oppressantes. C’est vraiment agréable de se plonger dans du fantastique classique, sans vampire, zombie, virus ou autre monstre : ici, c’est juste la réalité qui se met à déraper et cela semble encore plus effrayant que n’importe quel monstre. Par contre, là où c’est un peu frustrant, c’est qu’on sent qu’il y a du potentiel dans le fil conducteur qui relie les récits, qu’une explication pourrait se profiler à l’horizon mais celui-ci ne sera donc jamais exploité (enfin, il l’a été mais cela restera dans les tiroirs de l’auteur). A part ce petit bémol, c’est une bonne lecture pour Halloween et ça m’a donné le goût de revoir cette série !